Littérature

L’affaire Clara Miller

Auteur : Olivier Bal

En Nouvelle-Angleterre, dans le New Hampshire, un cadavre de plus remonte à la surface. Le lac est connu dans la région comme « Le lac aux suicidées », où depuis plusieurs années des jeunes filles viennent y mourir. Elles vivaient en marge, droguées et délaissées par leurs familles. L’une d’elle, Clara Miller, était journaliste. Avant de disparaître, elle a laissé un message sur le répondeur (nous sommes en 1995) de Paul Green lui-même journaliste pour le Globe, une espèce de tabloïd. Il était dans sa jeunesse fou amoureux de Clara, un amour à sens unique qu’il n’a jamais oublié. Opiniâtre, il va se lancer à corps perdu dans la recherche de la vérité. Celle-ci passe par Lost Lakes, la propriété de la star mondiale de la chanson et du cinéma, Mike Stilth. Sorte de Neverland avec une sécurité à la fort Knox, la propriété de Stilth est d’autant plus intrigante que personne ne sait ce qui s’y passe. Quand il n’est pas en tournée, Mike y vit reclus avec ses enfants.

L’histoire est raconté à la première personne alternativement par tous les personnages, ce qui permet d’avoir des points de vue différents en fonction de chaque situation. C’est vraiment très bien fait et enthousiasmant à lire. Les personnages bien sont travaillés, complets et complexes. On comprend leur cheminement en sachant comment ils se sont construits et quelles sont leurs aspirations et leurs motivations. Mike Stilth, mélange de Michaël Jackson avec le charisme de Johnny Cash, vit entouré de gardes du corps sous la surveillance de Joan Harlow, une attachée de presse prête à tout pour le protéger. Et elle a du boulot entre les frasques de la star et la traque des paparazzi. Mais celui qui va lui donner du fil à retordre c’est Paul Green. Le journaliste refuse de lâcher l’affaire malgré les pressions qui auraient plutôt tendance à le sublimer.

Olivier Bal s’est fait connaitre avec ses deux premiers romans, Limbes et Maître des limbes. Son potentiel n’a pas échappé au monde de l’édition et c’est donc chez XO qu’est publié ce nouveau roman. Et on n’est pas déçu un instant. La scène d’ouverture, très cinématographique, où Green se fait flinguer, nous plonge immédiatement dans un thriller palpitant. Pour ma part il m’a tenu en haleine de bout en bout, 500 pages avalées toutes crues.

Si c’est à la fin du Bal qu’on paie les musiciens, cette fin ne vous décevra pas. Vous pouvez donc même payer d’avance.

Conseils de lecture par :
Festival Sans Nom, le polar à Mulhouse
L’affaire Clara Miller - Olivier BAL