Littérature

De loin on dirait des mouches

Auteur : Kike Ferrari

Le señor Machi est une crapule comme on aime les détester. Riche à millions, accro à la cocaïne et aux filles monnayant leurs charmes, il n’hésite pas à marcher sur les autres et à les humilier pour parvenir à ses fins, que ce soient ses employés comme sa propre femme ou son fils. C’est dire s’ils sont nombreux à vouloir un jour prendre leur revanche. Lorsqu’il découvre un cadavre au visage défiguré dans le coffre de sa BM, il est traversé de pensées et d’angoisses de toutes sortes. Qui peut bien lui avoir tendu un tel piège ? Au cours d’une existence où c’est toujours lui qui a dominé les autres, il va devoir affronter l’inconnu et comprendre ce qu’il s’est passé et qui est l’auteur de ce crime. Pour la première fois, c’est lui qui va devoir s’occuper des basses besognes et faire disparaître le corps de la victime, pour ne pas être accusé lui-même de l’avoir tué.

Au cours d’un road trip à bord de sa voiture, objet visible de sa réussite, il va se remémorer toutes les personnes qu’il a croisées et à qui il a causé du tort, au point qu’elles auraient chacune une bonne raison de vouloir en découdre.

Tout au long du récit, on est pris dans la pensée tortueuse du personnage principal qui tourne à la paranoïa absolue.

Le lecteur est bien entendu happé dans ce récit palpitant écrit avec beaucoup d’humour, jusqu’au dénouement final qui se fait attendre et qui est savoureux à souhait pour les amateurs de suspense.

Conseils de lecture par :
Festival Sans Nom, le polar à Mulhouse
De loin on dirait des mouches, Kike Ferrari