Arts plastiques

L’éclectisme, le constellatoire et le fragmentaire sont à l’image du sens de mon travail

Artiste : Céline Lachkar

Le regard cloisonné et éclaté de notre civilisation, la perte de lien et de sens, et en même temps sa quête.

Utilisant le dessin * comme moyeu et moyen, et avec finesse et fragilité, jouant de maquettes et de mise en scène, je m’attache à représenter l’irreprésentable, à donner accès à ce qui ne peut se dire, c’est-à-dire cette quête de ce qui est au-delà de la forme, de ce qui traverse les êtres et les choses. Cet espace de la concentration, du cheminement et la magie du précieux qui ressurgit et affleure la surface. Ce chemin initiatique des contes et des mythes, qui induit l’idée de réconciliation.

Un conte à multiples facettes où j’opère à la manière d’une miniaturiste, par la finesse, l’attention aiguisée, l’intérêt pour le symbole et les multiples niveaux de lecture.

J’y raconte sous différents angles, deux visions qui me constituent : celle caractéristique de notre société moderne, réductionniste et partitionnée, et celle du chercheur ou du créateur qui par sa concentration peut retrouver une profondeur et une cohérence.

Ce premier regard, mécanisé et aride, nourri de quantité, de vitesse et de spectaculaires reflets, s’arrête à la surface du monde. Comme une terre mal irriguée, il sèche et se casse.

Cet état de minéralité avancée appelle à irriguer et redonner une profondeur.

Dans cette quête de réenchantement, je cherche à créer des images qui nous réparent, nous abreuvent. Je cherche des surfaces qui chantent.

Pour relier les fragments, trouver les résonances, on peut écouter ce qui vibre encore, ce qui brille dans le noir, nos trésors intérieurs.

Cette attention, présente dans le soin et la minutie, est un instrument de renversement du regard, qui permet d’introduire un point d’inflexion, une verticale dans l’horizon. Elle permet de décompacter et creuser dans la surface.

 

*“Dessiner, c’est aller loin dans les pierres” (Yves Bonnefoy)

“Les dessins laissés sur les pierres des grottes abandonnées finissent toujours par les ouvrir” (Roberto Juarroz)

Galerie photos